Wanderung / Promenade

    Le CEAAC et la Städtische Galerie d’Offenbourg ont le plaisir de s’associer et de proposer ensemble une exposition intitulée Wanderung – Promenade. Rassemblant 25 artistes français et allemands répartis sur les deux lieux d’exposition, cette exposition abordera la question du rapport entre la promenade et la disponibilité mentale nécessaire au jaillissement de nouvelles idées et de nouvelles formes.

     

    Il y a un peu plus de trois millions d’années, un groupe d’individus du genre australopithèque, de la famille des hominidés accéda à la bipédie après des milliers d’années d’évolution. Confrontés à un environnement extrêmement changeant, Lucy et ses congénères adoptèrent un mode de déplacement vertical, campés sur leurs deux pieds. Cette modification de leur mode de locomotion avait quelques avantages. Debout, ils pouvaient repérer plus facilement les dangers potentiels. Ainsi redressés, ils pouvaient accéder à de la nourriture jusque-là inexploitable. Marchant sur deux pieds, ils économisaient leur force, les quadrupèdes étant plus gourmands en énergie. De manière générale, comme nous l’explique l’anthropologue et sociologue David Le Breton, dans son ouvrage intitulé Éloge de la marche : « La verticalisation et l’intégration de la marche bipède ont favorisé en effet la libération de la main et du visage. Ces milliers de mouvement rendus disponibles ont élargi à l’infini les capacités de communication et la marge de manoeuvre de l’homme sur son environnement et contribué au développement de son cerveau. ». La bipédie adoptée par les australopithèques afarensis inspirera d’autres cousins hominidés que l’on appellera par la suite homo sapiens ou encore êtres humains, seule espèce qui survivra jusqu’à nos jours, car ayant su évoluer vers ce mode de déplacement.

    La marche, la mobilité, le nomadisme sont donc des caractéristiques fondamentales de l’être humain. Ce mode de locomotion sera avant tout une question de survie. Puis au cours des siècles, les chasseurs-cueilleurs deviendront explorateurs, conquérant progressivement la Terre pour en tirer richesses, connaissances et spiritualité.

    Les pèlerins du Moyen-Âge prétendaient que « marcher c’est prier avec ses pieds ». Méditation en mouvement ou rêverie, terme qu’employa quelques siècles plus tard Jean-Jacques Rousseau qui trouvait dans ses promenades autant d’opportunité de reprendre contact sensoriellement avec le monde que d’occasion de se rapprocher d’un « moi primitif », d’un « moi naturel ».

    Aujourd’hui, dans nos sociétés occidentales urbanisées, les activités humaines nécessitent plus d’énergie nerveuse que d’énergie physique. Le corps est de moins en moins sollicité pour sa force et ses facultés sensorielles. Or la mobilité et les activités physiques sont nécessaires au bien-être humain à tel point que la randonnée est devenue en quelques années un des loisirs préféré des Européens.

    Alors que les peintres et les écrivains du XVIIIe et XIXe siècle se devaient pour parfaire leur connaissance du monde, parcourir l’Italie et rejoindre Rome capitale intellectuelle et artistique, les artistes d’aujourd’hui n’hésitent pas à arpenter le réel en quête de sensations que les nouvelles technologies de la communication et de l’image ont presque étouffées sous leurs flots continus d’informations.

    Réunis à l’occasion d’une double exposition intitulée Wanderung / Promenade, des artistes français et allemands nous feront part à travers leurs oeuvres de leur besoin et de leur désir de parcourir le monde.

    Extrait du cahier pédagogique de l’exposition Wanderung / Promenade

     

    Avec : Patrick Bailly Maître-Grand, Diethard Blaudszun, Axel Bleyer, Robert Cahen, Yannick Demmerle,
    M. Dréa, Pierre Filliquet, Julie Fischer, Angela Flaig, François Génot, Armin GöhringerValérie Graftieaux, Marianne Hopf, Claudie Hunzinger, Anja Luithle, Patrick Meyer, Rainer Nepita, Fernande Petitdemange, Pascal Henri Poirot, Martin Sander, Werner Schmidt, Nicolas Schneider, Robert Stephan, Gruppo Sportivo, Gabi Streile,
    Stefan Strumbel

     

    Patrick Meyer proposera une performance – Perdre la boussole / Der Kompass verlieren – qui sera présentée au CEAAC le vendredi 20 septembre à 19h et à la Städtische Galerie d’Offenburg le vendredi 27 septembre à 19h

     

    Städtische Galerie Offenburg : Exposition présentée du 30 juin au 6 octobre
    Ouverture : Mardi, jeudi, vendredi 13:00 – 17:00
    Mercredi 13:00 – 20:00
    Samedi, dimanche 11:00 – 17:00
    Entrée libre