Created with Sketch.

Hommage de Lydia Jacob aux jardins familiaux

Hommage de Lydia Jacob aux Jardins Familiaux de la Robertsau
Raymond Waydelich
1999
Bronze, 
Rue de la Fourmi, Strasbourg

 

L’Hommage de Lydia Jacob aux jardins familiaux est la reproduction à taille humaine, faite de bronze, d’une maisonnette que l’on peut trouver traditionnellement dans les jardins ouvriers. Jouant sur l’imagination populaire empreinte d’une certaine nostalgie, l’artiste va jusqu’à nommer son œuvre du nom d’une illustre inconnue, Lydia Jacob, couturière strasbourgeoise du début du XXe siècle, dont il a découvert par hasard un carnet.

Mais Raymond Waydelich aime également à parler d’ « archéologie prospective » ou d’ « archéologie du futur » pour décrire son projet. Sa démarche l’inscrit fortement dans le temps, à la fois dans le passé par un aspect nostalgique revendiqué et dans le futur parce qu’il cherche à projeter notre présent dans l’avenir :

« Cette mise à distance temporelle est en effet le propos de la “performance” que constitua, lors de l’inauguration, l’enfouissement, à l’intention des archéologues et botanistes des siècles prochains, de fûts contenant des objets de notre temps : messages, graines, plants… sous la dalle de la maisonnette qui renferme elle aussi du matériel propre au jardinage.
L’ “archéologie prospective” de Raymond E. Waydelich dont l’art donne une puissance d’avenir au quotidien le plus modeste réunit pour une fois, dans un même rapport surprenant au temps qui passe, l’amateur d’art et le jardinier des fins de semaine. »

Paul Guérin