Created with Sketch.

Mali Arun

Mali Arun / Saliunt Venae, 2015. Vidéo, 4min30s. ©Mali Arun

Mali Arun développe un travail situé entre la fiction, le cinéma documentaire et la vidéo d’art qui questionne à la fois les espaces en marges, en mouvements ou en conflits. Elle observe aussi le corps, ses géographies, ses désirs et ses contradictions. Elle interroge la façon dont l’Homme en exil arpente des zones de passages et de frontières, transforme l’espace, le paysage vierge en territoire, en construisant, en se l’appropriant. Elle explore les croyances, les rituels et les mythes dont les hommes se nourrissent pour vivre et survivre. D’origine chinoise, turque et allemande, son regard sur le monde se nourrit de différentes cultures, et se construit sur une porosité évidente, entre différentes sphères, qui se retrouve au coeur de sa pratique et des questions qui l’habite.

Tournée dans un village d’Alsace au cours de la traditionnelle fête de la Saint-Jean, Saliunt Venae (« battements de cœur ») est une œuvre vidéo dont les images composent également la matière de Feux, un court-métrage réalisé la même année. La pluralité d’emploi des images, entre cinéma du réel et fiction, éclaire une des spécificités de l’œuvre de Mali Arun, qui combine observations naturalistes de communautés humaines et interprétations visuelles teintées de magie et de panthéisme. Se concentrant sur un rite qui se perpétue pour les jeunes hommes des environs, Mali Arun rapporte par l’écrit et transcende par l’image une expérience initiatique résolument envoûtante.

Tirées de plans rapprochés du brasier, les images ralenties invitent d’emblée le spectateur dans cette atmosphère fantasmagorique, face au feu qui gonfle et s’amplifie devant lui, au rythme d’une bande-son de laquelle émane gravité et plénitude. Dans ce jaillissement de flammes, apparaissent et s’élancent puissamment des silhouettes masquées et coiffées de toques faites de roses. Elles traversent et se mesurent au feu tels de vaillants chevaliers ou de ténébreux sorciers, brandissant torches ou drapeaux. Que viennent donc chercher ces jeunes gens à travers ce rituel ? Désir d’absolu ? Soif de vivre ? Étape de séduction?

D’une beauté fascinante, l’impétuosité de ces corps mystérieux et bondissants ensorcelle à mesure que le texte et la bande sonore nous emportent dans ce rite initiatique immémorial, à la lisère du magique, suspendu dans une nuit qui se voudrait sans fin.

 

Mali Arun est née en 1987 à Colmar (France). Elle vit et travaille à Strasbourg.

Site web de Mali Arun

Exposition(s) en lien :

  Il ne faut pas en vouloir aux événements.