Created with Sketch.

François Martin

Lauréat du CEAAC / Prix de la Région Alsace,1998

Né en 1945
Vit et travaille à Paris
Professeur de peinture à l’Ecole Supérieur des Beaux-Arts du Havre
Artiste et plasticien, il est connu pour son oeuvre nomade et de voyageur «néo-orientaliste»

 

Il est significatif qu’une expérimentation ludique et aventureuse de toutes les techniques de la peinture et du dessin aille de pair avec une invention de titres, évocateurs de micro-récits pleins d’humour, dont la qualité poétique, distante de tout “pathos” lyrique ou expressionniste, provient de la sensibilité de Martin à ce que les hasards de la vie et des langues permettent des jeux avec les mots comme avec les formes.

Chacune des séries qui articulent le travail de Martin constitue une espèce de narration plastique déployant l’invention de son langage personnel au fil du temps des variations sur un thème et Philippe Lacoue-Labarthe y a justement relevé une analogie avec le jazz. Dans le cours de l’improvisation, le “thème” sous-jacent peut être travaillé jusqu’à devenir indiscernable si le musicien s’aventure jusqu’aux limites où l’instrument découvre un univers inouï et en même temps revient au chant d’une voix.

De même chez François Martin, la vision de ses séries d’oeuvres aux titres imprévus s’impose à nous avec une évidence à la fois reconnaissable et chaque fois singulière, l’évolution constante de son oeuvre s’oubliant dès lors que la maîtrise acquise au fil des années plutôt que d’exhiber ses acquits choisit de revenir, au risque d’une fragilité essentielle, au point natif où vibrent encore mêlés les fils de l’écriture et les lignes de la figure, les flux de la peinture et les tracés du dessin.

 

Paul GUERIN

Mars 1999

Publication(s) en lien :

  Le soleil se couche, moi aussi