Created with Sketch.

Célie Falières

Vesuvio, 2014, encre de chine, peinture acrylique, crayons de couleur

Célie Falières est l’artiste sélectionnée pour la résidence à Budapest en 2014

 

Dans son entretien du 29 avril 1937 à la BBC, Words fail me*, Virginia Woolf exprime la difficulté de traduire la pensée en mots. Elle présuppose que celle-ci est inarticulée. La langue qui permet de l’exprimer est subordonnée aux modifications permanentes de son usages et de ses règles. Quand aux mots qui la constitue, ils sont par nature imprécis et interdépendants; peu fiables, en somme. Woolf ne nous dit pas de ne plus écrire de peur d’y échouer, mais souligne la difficulté de le faire avec justesse.
Mon travail de plasticienne est étroitement lié à cette notion de traduction imparfaite et nécessaire. Je considère mes pièces comme un compromis entre l’image mentale et le mot.
Je m’intéresse à la catastrophe au sens mathématiques; c’est-à- dire aux changements infimes de termes qui provoquent, non pas un effondrement, mais un changement de direction. Je construis des objets en faisant se succéder les approximations. Par ce biais, je me rapproche d’une certaine justesse.
Les formes s’additionnent et s’articulent autour d’un contexte. Mon travail prend sens dans cet agencement jouissif de variables, de possibilités.

* les mots me manquent