Created with Sketch.

Agnès Thuin

Bien que d’une exposition à l’autre, le travail d’Agnès Thuin revête des aspects immédiats très dissemblables, il ne cesse de développer une discrète mais surprenante sollicitation des limites de la visibilité, une étrange expérimentation de la distance que doit observer non seulement le corps mais aussi l’esprit avec le visible.

Dans ses premiers travaux, intensément colorés, le format du tableau est déterminé par l’ouverture maximale des bras de l’artiste et c’est avec les mains nues, dans un rapport charnel exempté de la médiation d’une brosse, que les pigments, choisis dans les trois teintes primaires, étaient étalés et dilués sur la surface et qu’ainsi, la couleur prenait elle-même corps, matière grumeleuse et luisante, tandis qu’au centre, en un cercle de pigment mat, elle conservait ou retrouvait, à l’état poudreux, sa saturation et sa densité originelles.

Si, dans ses peintures, sans traces, sans gestes clairement discernables, “la couleur, comme l’écrit Anne-Christine Dray, domine l’oeuvre et son artiste”, s’offrant à une vision infinie, qu’aucune forme ne vient limiter, c’est, par contre, une visibilité infime qui se trouve mise à l’épreuve dans la série dite des “Têtes mortes”.

Alors qu’auparavant le centre du tableau était le lieu de son plus intense rayonnement, il devient sur la matière vierge de ces toiles quasiment imperceptible et c’est au corps du spectateur, cette fois, de s’approcher, de se risquer dans l’apparent vide de l’oeuvre, pour découvrir, à l’aide d’une loupe, tapis dans quelques points gris, de minuscules visages, exécutés avec une minutie confondante, qui le fixent, silencieusement, entrevus à la limite mouvante de leur disparition.

De la couleur pure au gris, de la fascination à l’évanescence, il s’agit bien d’une curieuse aventure aux extrémités du visible et ce n’est pas un hasard si les dernières oeuvres d’Agnès Thuin, dans la continuité des précédents “exercices du regard”, prennent la forme de carnets de travail quotidien, ouverts à telle ou telle page sur l’esquisse d’une forme, sur un objet vu sous un angle inhabituel, ou même sur un simple mot, le propre de cet art, parfois austère, toujours exigeant, semblant être de nous rappeler que “là où l’on ne voit rien, il y a quand même quelque chose à voir” (entretien d’Agnès Thuin avec Corinne Ibram).

 

Paul Guérin